Marc Martin, 2019.
Réalisation LTX Project. Video Monocal, durée 7’43 (format panoramique) / 14'22 (format 4/3)
Performance de Miguel de Sousa sur une projection d'archives visuelles de la France au XIXe siècle.

Le Ballet s’articule autour de deux absences : la perte d’humanité et le manque de relations interpersonnelles dans le paysage urbain. Sur des documents d’archives de Paris au XIXe siècle, la silhouette du danseur symbolise l’homme moderne face à la normalisation de l’espace public. En filigrane et en silence, elle trace dans la ville de Napoléon III un itinéraire irrégulier.

Le « chignon boule » remplace le chapeau haut de forme ; les mœurs « contre-nature » ont fait place à l’acceptation, voire à la tolérance. Sur la tôle en noir et blanc des pissotières disparues, cette projection interroge en postures chorégraphiques l’équilibre de nos vies fragiles — puisque singulières. Elle questionne l’altérité dans la ville. Hier et maintenant. Le Ballet ouvre des perspectives inattendues : l’épanouissement identitaire en résonnance avec
l’émancipation collective.